Montagnes russes

14797446_10207546277403146_360304364_n
Première course de cross-country à McGill

Lors de mon dernier article, je vous ai fait part d’un événement très difficile pour le physique mais tout particulièrement pour le mental. Mon accident à vélo contre un mur bétonné n’est pas qu’une belle histoire à raconter aux jeunes demoiselles. C’est plutôt un lourd fardeau qui m’attache solidement les pieds. Trois semaines après, le choc se fait de moins en moins ressentir sur le corps mais le psychologique lutte pour se remettre à la compétition. Je participe tout de même à la première compétition de cross-country grâce au support de mon entourage. Le plâtre est particulièrement nuisible dans les virages et les montées techniques lors de cette première course à McGill. C’est un succès malgré le manque de préparation et je me classe, chez les hommes, dans le top 20 collégial. Une semaine plus tard, les Lynx attaquent le parcours de Laval où je me positionne 21e, derrière un autre coureur du cégep d’Édouard-Montpetit. Cette fois-ci, c’est un cross-country de 8km et le corps s’épuise d’énergie plutôt que de puissance musculaire. Les résultats ne sont pas à plaindre mais restent loin d’être satisfaisant à mes yeux.

14797539_10207546303963810_941865678_n
Podium overall au duathlon de Boucherville

À quelque jours à peine avant le retrait de mon plâtre, je prends le départ du duathlon de Boucherville qui en est à sa première édition. Le plaisir de la gestion d’énergie et des transitions techniques me tiennent en haleine tout au long de mon expérience! Rouler de nouveau me garde craintif et ma stabilité est affectée par mon bras plâtré mais je garde un rythme constant dans les 35km/h afin de me réserver une place sur le podium overall. Je garde ma position tout au long de la dernière course du duathlon et quitte l’événement, qui est une réussite exceptionnel, avec la médaille de bronze overall. Un événement de plus à mettre au calendrier 2017!

Ma petite performance du 2 septembre à Boucherville me donne courage de reprendre l’entraînement sérieusement. Pendant trois jours, je fais les trois sports au quotidien, les bras libres de tout fardeau. Le retour à natation est douloureux pour les muscles de l’avant bras gauche qui se réveillent d’un long congé. En préparation du 5km du demi-marathon de Longueuil le dimanche suivant, je prends un léger repos de course de deux jours avant l’événement. Catastrophe, le corps plonge dans une fatigue extrême et je cours mon 5km en 17:38, soit 58 sec de plus que mon PB (meilleur temps personnel, non officiel). La déception est au rendez-vous et j’ai de la difficulté à accepter que mon accident me fait recommencer d’aussi loin. Je remercie tout de même Boutique Courir qui m’a permit de courser et qui me propulse également à l’extérieur des compétitions importantes!

Le 5km du demi-marathon de Longueuil, ouach !
Le 5km du demi-marathon de Longueuil

S’entraîner intelligemment en cette période de montagne russe est prioritaire… concentration sur la natation. Cette dernière semaine n’a comporté aucun entraînement autre que la natation. La récupération, étroitement liée à la nutrition, est mon centre d’intérêt. Les muscles des bras se replongent dans un mode de vie d’entraînement et la totalité de mes entraînements de natation se concentre sur le  »catch » afin de ne pas détériorer mon efficacité. J’écoute plus que jamais les signaux que mon corps m’envoie. Il m’est pour le moment trop demandant de nager d’autres styles de nages que la nage du triathlon. Je me concentre donc sur le crawl. Afin d’avoir accès au provincial de cross-country et d’offrir une chance de qualification pour les nationaux, je dispute le départ des régionaux qui se feront directement au parc Michel-Chartrand, à Longueuil.

Le départ des filles se fait déjà sous la pluie mais les conditions difficiles s’intensifient quelque minutes avant le départ des hommes. Mon échauffement classique pré-course est prometteuse :

W-up :

5min facile

Étirements dynamiques

Set A :

5 X (30 sec race pace/30 sec ez)

Cool down :

5min facile (terminer 10min avant le départ)

Le bruit du coup de fusil se fait entendre et je me retrouve rapidement dans les premiers. J’en viens même à leader la course avant d’attaquer une côte que j’aborde sans trop d’intensité. Je connais bien le parcours et je suis technique dans chacun de mes virages. Je vais même jusqu’à me laisser devancer par certains coureurs selon l’endroit pour bien gérer l’énergie sur l’ensemble du parcours généralement plat. Pour la première fois depuis les 8 dernières semaines, je cours à mon niveau. Au troisième km, alors que la pluie s’intensifie toujours, la vitesse augmente afin de rester dans les coureurs qui imposent le rythme. Contre tout attente, lors d’un virage serré sur la gauche, ma cheville droite se tord violemment et mon corps cris de tout ses forces un bruit sourd.

regional-cross-country
On prend la tête au régional

La douleur me foudroie la jambe dans son ensemble et je me retrouve projeté sur l’accotement du circuit emprunté par les coureurs. Un à un, je vois chaque coureur des Lynx prendre le relais de la course alors que je suis figé, une main sur la cheville pour soutenir chaque élancement de douleur. En réalisant tout le repos supplémentaire qui s’ajoute à la longue liste de blessure des derniers mois, l’envie de laisser tomber une larme me prend. Le sentiment reste pourtant éphémère puisque je n’ai plus le sentiment de recommencer du début. J’étais solide et peu

essoufflé sur les trois km parcourus.

Heureusement, les conséquences ne semblent pas trop importantes et je guéri rapidement de ma foulure. Mieux encore, les coachs de cross-country m’apprennent que j’aurai tout de même ma place sur le départ des provinciaux qui s’effectueront dans deux semaines. Entre temps, je reste attentif aux signaux de mon corps afin de décider si je prendrai part à la première compétition de natation cette fin de semaine.

Au plaisir de vous réécrire dans deux semaines!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *